Vous êtes ici :  AccueilNotre villageDécouvrirL'orgue classé

L'orgue classé

<- Retour

L’instrument de Georges Schwenkedel est le 3e instrument de Burnhaupt-le-Haut. En effet avant l’instrument actuel (et dans l’édifice d’alors) se succédèrent l’instrument de Grégoire II Rabiny (1805) ainsi que celui de CL. I. Callinet en 1858.

Suite à la destruction de l’église le 16 juillet 1915 l’architecte Paul Gélis se voit confier le projet du nouvel édifice religieux, qui sera achevé en 1929. L’orgue installé en 1932 est un instrument jugé par beaucoup comme l’une des plus belles réussites du facteur d’orgue. S’il conviendra d’aborder le buffet signé Paul Gélis, la partie instrumentale présente une certaine évolution de l’esthétique romantique dans l’esprit de la réforme Alsacienne.

L’opus 43 de la maison Schwenkedel, établie alors à Strasbourg-Koenigshoffen, est un instrument pneumatique composé de 2 claviers (56 notes, récit expressif), 1 pédaliers, 25 jeux, des accouplements (II/I, I/I 4', 16'II/I, II/I 4') et tirasses (II/P, I/P), un combinateur libre, 4 combinaisons fixes (p, mf, f, Tutti) et une pédale crescendo. La console est détachée et fait face à l’instrument pour le plus grand plaisir de l’organiste.

Le buffet, comme nous l’indiquions fut dessiné par Paul Gélis et réalisé par R. Brutschy de Ribeauvillé. L’instrument n’a en réalité qu’un buffet limité à la façade, et aux cotés : le reste est ouvert et sonne en majeure partie grâce à la voute. Le pèlerin n’en n’a que peu conscience tant la façade présentant la lyre du Roi David soutenue par deux anges monumentaux tenant un bandeau fleuri sculpte´ est imposante. Les tuyaux de façade (montre 8’) parlent quasiment tous : seuls quelques-uns sur les extrémités sont factices et participent à l’esthétique visuel.

Depuis sa construction le chef-d’œuvre de Georges Schwenkedel vit plusieurs facteurs d’orgue intervenir pour réparations (1958) et relevages (1978, Steinmetz / 2001 & 2014, Dott / 2019, Guerrier).

La façade, aussi belle soit-elle, souffre d’une longueur de tuyaux trop importante exerçant une contrainte qui fit plier les tuyaux aux niveaux de bouches à deux reprises (2001 et 2019). Devant l’urgence et la menace d’en voir céder une dizaine, la manufacture d'orgues Jean-Christian Guerrier & associés (sous le contrôle de M. Christian Lutz, technicien pour les orgues auprès des Monuments historiques et M. Panel, Conservateur des Monuments historiques) procéda à la réparation des tuyaux touchés et à l’accord remarquable de l’intégralité de la façade.
Dans un second temps, la réparation des cornements (« notes coincées » liées à des peaux défectueuses) au récit expressif ainsi qu’un accord général furent réalisés.
Il convient de saluer ici la très grande qualité du travail réalisé par la manufacture Guerrier et associés qui est désormais en charge du suivi et de l’entretien de l’instrument à la suite de Richard Dott à la retraite depuis octobre 2018.
Ainsi l’instrument est à ce jour en parfait état : résultat d’un suivi exemplaire des organistes titulaires qui se sont succédé, du soutien de municipalité et du savoir-faire des facteurs d’orgue.

 

Organistes titulaires:

M. Eschrich: 1932 – 1939
Joseph Schultz: 1939 - 1991
Fabien Schultz: 1991 – 2012
Vincent Affholder: 2012
Myriam Hunold-Fellmann (titulaire adjointe): 2012

 

L'orgue en vidéo - cliquez ici

Compostion de l'instrument:

Grand-orgue, 56 notes Pédale, 30 notes
Bourdon 16' Flûte 16'
Montre 8' Soubasse 16'
Bourdon 8' Bourdon 8'
Spillfloete 8' Violoncelle 8'
Prestant 4' Choralbass 4'
Nasard 2'2/3  
Doublette 2' Accouplements
Cornet 3-5 rgs Super I
Basson 8' Sub II-I
  II/I
Récit expressif, 68 notes Super II-I
Quintaton 16'  
Diapason 8' Tirasses
Bourdon doux 8' I/P
Jubalfloete 8' II/P
Harpe éolienne 8'  
Voix céleste 8' Combinaisons
Principal 4' Combinaison libre
Flûte pastorale 4' Appel anches
Occarina 2' Combinaison fixe 'P.'
Plein-jeu 4 rgs Combinaison fixe
Trompette harmonique 8' Combinaison fixe 'F.'
Trémolo Tutti ("TT.")
  Crescendo

 

Texte: Vincent Affholder, organiste titulaire
Crédits photos: Niala Prod, Vincent Affholder
Crédit vidéo: Niala Prod.